Histoire de la chirurgie bariatrique

obésité chez l'enfant
Obésité et surpoids chez les enfants
29 mars 2019
IMC
IMC : l’indicateur de graisse
10 avril 2019
histoire de la chirurgie bariatrique

L’obésité est considérée comme une épidémie du siècle. Il est estimé qu’environ 40% de la population est en surpoids. Les causes sont variées, mais sans doute, ceci a été énormément influencé par l’acquisition de nouvelles habitudes de consommation.
Aussi, une forte indépendance à la télévision et à l’ordinateur a considérablement réduit l’activité physique, en particulier chez les enfants.
Plusieurs personnes atteintes d’obésité, peuvent bénéficier de soins médicaux, basés sur des régimes alimentaires, du sport, parfois un accompagnement psychologique, à condition que ces traitements soient réalisés de manière très contrôlée par des professionnels responsables.
L’obésité est déterminée en fonction de plusieurs paramètres, mais le plus utilisé est ce qu’on appelle l’IMC, qui est une relation établie entre le poids et la taille.

Histoire :

La chirurgie bariatrique est apparu en 1954 pour traiter l’obésité morbide avec ce qu’on appelle le pontage intestinal. Le but principal de cette technique est de réduire le poids chez les patients réfractaires au traitement médical.
Cette opération a été développé avec l’objectif de réduire la capacité d’absorption intestinale. En effet, une modification intestinale anatomique et fonctionnelle, peut réduire le poids rapidement et d’une façon permanente.
Avec le temps, de nombreuses complications se sont manifestées : diarrhée chronique, malnutrition et des troubles métaboliques. Ce qui a considérablement diminué la popularité de la chirurgie bariatrique.
Au cours des années soixante-dix, une deuxième génération de techniques de malabsorption est apparue en Italie.
L’opération comprend une résection gastrique distale avec deux courts-circuits , l’un avec une longueur de deux mètres et demi pour la nourriture et l’autre pour les sécrétions biliopancréatiques partageant un canal commun sur une longueur de cinquante centimètres, empêchant ainsi la prolifération bactérienne considérée comme la principale cause de complications de la maladie. Ce contournement intestinal favorise la diminution de l’absorption des graisses et de la proportion de protéines, sans modifier l’absorption des glucides.
Dans le but de réduire les effets secondaires du détournement biliopancréatique et de permettre une meilleure qualité de vie en termes de satiété et de malabsorption, l’opération a été modifié et la gastrectomie distale est devenue un manchon ou un tube gastrique qui incorpore un remplacement ou un commutateur duodénal qui permet la continuité de la boucle alimentaire en faisant une anastomose au duodénum d’une longueur totale de deux mètres et demi et à la boucle pancréatobiliaire pour former un canal commun.
Sur la base de la perte de poids observée chez les patients ayant subi une résection gastrique étendue, on a développé en 1966 la technique de pontage gastrique avec division mais sans résection gastrique. Cette opération marque le début de procédures restrictives en tant que traitement de l’obésité morbide et dont l’objectif est de limiter la capacité gastrique dans un petit réservoir et d’obtenir en même temps une satiété précoce.